L’agence cultival

Notre actualité

Opération Sentinelle - Quartier de Montmartre

Interview exclusive : Sécurité et lieux publics

La vague terroriste qu’a connue la France a des conséquences marquées sur la fréquentation touristique française, notamment en Ile-de-France et sur la Côte d’Azur. L’onde de choc des horreurs commises a dépassé les frontières et constitue désormais un frein au choix de la destination France pour les touristes internationaux.

Ainsi, sur les six premiers mois de l’année 2016, la région Ile-de-France a connu une baisse de sa fréquentation touristique de l’ordre de 6,4% par rapport à la même période en 2015. Les musées et monuments parisiens ont particulièrement soufferts de cette baisse de fréquentation. C’est notamment le cas du Grand Palais (-43,9% de fréquentation par rapport au premier semestre de l’année 2015), de l’Arc de Triomphe (-34,8%), de la Tour Montparnasse (-34,4%) ou encore du Musée Carnavalet (-32,4%), selon les chiffres du Comité Régional du Tourisme d’Ile-de-France.

 

Une sécurité renforcée au sein-même des lieux touristiques…

Dès la réouverture des lieux culturels et touristiques après les attentats du 13 novembre, des dispositions ont été prises par les sites eux-mêmes afin de renforcer la sécurité et rassurer les visiteurs.

Dans l’organisation tout d’abord où s’opère une plus grande coordination des musées et monuments avec les forces de l’ordre, notamment en organisant des visites préventives pour mieux repérer les lieux et en remontant systématiquement les informations qui pourraient être utiles aux agents de police.

La fouille systématique des visiteurs et de leurs sacs, le contrôle ou l’interdiction des valises et sacs de grandes contenances, l’équipement de raquettes de détection et de portiques de sécurité, le renforcement des dispositifs de vidéosurveillance sont également accompagnés d’une communication adaptée aux visiteurs (messages écrits sur le site internet et à l’accueil, messages audio en plusieurs langues, affichage du logo du plan Vigipirate…).

Enfin, la formation complémentaire est un point essentiel auxquels les sites touristiques s’attachent en prenant en compte le contexte actuel. Les agents d’accueil et de sécurité sont ainsi plus systématiquement formés aux procédures à suivre en cas d’attaque (confinement et évacuation), à la gestion du stress, à la reconnaissance d’objets suspects et aux premiers secours.

 

… et aux abords des lieux touristiques

Depuis les premiers attentats de Paris, la sécurité a été renforcée dans la capitale, en particulier à proximité des lieux touristiques avec la présence de militaires de l’Opération Sentinelle. Ce  dispositif a été mis en place dans le but de prévenir toute nouvelle attaque et rassurer les populations.

 

Le colonel Benoit BRULON, porte-parole du Gouverneur Militaire de Paris évoque pour Cultival ces dispositifs près d’un an après les attentats du 13 novembre 2015 :

 

  • Qu’est-ce que l’Opération Sentinelle ?

Il s’agit de la déclinaison militaire des actions menées dans le cadre du plan Vigipirate.

Vigipirate est un plan de lutte contre le terrorisme qui s’adresse à l’ensemble des acteurs de la société avec des mesures mises en place par tous (police, armée mais aussi institutions et acteurs économiques). Dans le cadre du plan Vigipirate, le déploiement des militaires est permanent depuis 1995.

L’Opération Sentinelle est une mesure complémentaire aux autres actions anti-terroristes et de protection menées dans le cadre du plan Vigipirate.

 

  • Combien d’hommes et de femmes sont-ils dédiés à la protection des sites touristiques en Ile-de-France ?

Depuis janvier 2015 et le lancement de l’opération Sentinelle, ce sont 10 000 militaires concernés sur l’ensemble du territoire français dont 7 000 déployés en permanence (3 500 en Ile-de-France et 3 500 en province).

Ces militaires ne sont pas uniquement dédiés à la protection des lieux touristiques mais aussi de l’ensemble de la cité. Avant janvier 2015, il y avait entre 400 et 600 militaires, hommes et femmes, en Ile-de-France.

 

  • Comment ces soldats protègent-ils la sécurité des touristes et des lieux touristiques ?

Depuis Septembre 2016, les modes d’action ont évolué et sont devenus plus dynamiques. A travers un découpage du territoire en plusieurs zones, le but est de protéger les sites sensibles et sites à fortes concentration (zones touristiques, gares, écoles, commerces, bars) de chacune de ces zones.

Un travail en patrouilles mobiles avec parcours aléatoires a été adopté pour répondre de manière adaptée à la vie de la cité, cela permet également d’être plus réactifs et réalistes vis-à-vis de la mission de protection des populations. Auparavant, les unités étaient dédiées à des sites comme la Tour Eiffel, Disneyland Paris, les gares, les aéroports puis, depuis janvier 2015, les écoles, les lieux de culte et autres espaces sensibles sont concernés.

 

  • Combien de temps doit durer l’Opération Sentinelle ?

L’Opération Sentinelle et le déploiement des militaires perdurera aussi longtemps que la situation l’exige. L’opération Sentinelle évolue sans cesse. Elle peut s’assouplir ou se renforcer en fonction de la situation. A ce jour, il n’est pas prévu de stopper ces actions de protection des populations.

 

Propos recueillis par Guillaume Caillon